Des crédits pour votre restaurant : de nouvelles solutions sur internet

Les petites entreprises ont toujours eu des difficultés à accéder au crédit. C’est particulièrement vrai pour les restaurateurs, qu’ils aient des besoins immédiats de trésorerie ou qu’ils envisagent d’investir, par exemple pour réaménager leurs cuisines. Mais aujourd’hui, sur internet, de nouvelles formes d’accès au crédit apparaissent, qui leur permettent de contourner leur banquier habituel.

Si vous en avez assez d’essuyer le refus de votre banquier, lorsque vous lui demandez de vous accorder un crédit pour financer les travaux d’agrandissement ou d’embellissement de votre restaurant, bonne nouvelle ! Comme dans de nombreux autres domaines, internet rebat les cartes et vous ouvre de nouvelles possibilités.

Première option, le courtage : vous tourner vers de nouveaux opérateurs qui jouent les médiateurs entre vous et plusieurs organismes de crédit (banques, sociétés d’affacturage, spécialistes du crowdfunding).

Le principe : un seul dossier de demande de crédit, « poussé » par la plateforme vers un nombre important de financeurs potentiels, pour élargir vos chances de succès

Avantages :

  • Vous savez rapidement (en trois clics) si votre demande est « éligible », c’est-à-dire si cela vaut la peine que vous remplissiez le dossier complet qui vous permettra de votre candidature
  • Vous élargissez considérablement votre champ de recherche de financement, en sortant par exemple de votre région, mais aussi en testant de nouvelles formes de financement
  • Le dossier complet n’est à remplir qu’une seule fois. Vous pouvez fort bien confier cette mission à votre expert-comptable qui, non seulement connait bien les données financières de votre restaurant, mais de plus saura les mettre en valeur
  • La procédure est généralement gratuite. Le site d’intermédiation se rémunère via des commissions facturées aux prêteurs (qui n’oublient pas de les répercuter dans le taux de crédit qu’ils vous proposent, hélas)
  • La réponse est rapide, généralement sous 48 heures

En savoir plus : vous pouvez tester ces plateformes d’intermédiation avec Scopfi et Monetarii par exemple

Deuxième option, l’appel aux internautes : le crowdfunding, en français financement participatif

Le principe : faire appel à la « communauté » des internautes pour financer votre projet, qui seront ou non rémunérés (via des produits ou des services gratuits, voire le versement d’intérêts).

Avantages :

  • La possibilité de se passer totalement des partenaires financiers classiques (les banques) même s’il faut bien reconnaitre que ces dernières n’ont pas tarder à investir ce nouveau domaine en proposant… du crédit « solidaire ».
  • L’opportunité de vous adresser directement à des privés, qui sont aussi vos futurs clients potentiels si vous avez par exemple un projet d’ouverture de restaurant. Ce qui vous permet de tester sa viabilité en direct, en travaillant votre communication sur la plateforme de crowdfunding
  • Des levées de fonds qui peuvent aller de quelques milliers à quelques dizaines de milliers d’euros
  • Des taux d’intérêt ? Tout dépend. Vous pouvez bénéficier de dons directs (taux = zéro), vous pouvez aussi proposer de rembourser le prêt via des services en échange (un restaurant anglais a par exemple choisi d’offrir, chaque année, l’équivalent de 10% du don de chaque internaute, sous forme d’avoir sur leurs consommations). Il existe aussi des formules plus classiques, avec des remboursements planifiés et avec intérêt. Enfin, n’oubliez pas la rémunération de la plate-forme de crowdfunding, qui s’élève à quelques pourcents du montant total levé.

En savoir plus : il existe de nombreuses plateformes de crowdfunding. Parmi elles : foodraising est spécialisée sur les projets dans le domaine de la restauration, mais on en trouve aussi beaucoup sur Ulule, Kickstarter, KissKissBankBank ou encore Bulb in Town.

Les trois plus du financement via internet

  • La simplicité, avec un seul dossier à rédiger pour accéder à un large panel de financeurs, professionnels ou particuliers
  • Le choix : grâce aux plates-formes qui se chargent de mettre en valeur votre demande, l’éventail des offres s’élargit considérablement, par rapport aux solutions que vous pourriez trouver localement
  • Un nouveau regard sur votre financement : obtenir un crédit, jusqu’ici, c’était surtout aligner des chiffres devant un banquier. Sur internet, vous devez exposer votre projet, au « risque » de séduire plus large et notamment de futurs clients de votre restaurant.
PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend