Recrutement de talents : faut-il se fier au classement des écoles hôtelières ?

Plusieurs classements font aujourd’hui références, avant ou après le BAC. Et même s’il n’existe aucun classement officiel des formations en hôtellerie, voilà qui permet de premiers repérages avant l’embauche d’un petit nouveau dont on attend beaucoup !

Selon Pôle emploi, le secteur restauration-hôtellerie est le premier recruteur français avec 14% des offres, mais il est aussi celui qui peine le plus à trouver les bonnes compétences au bon moment. Le recrutement d’un petit nouveau en cuisine, en salle ou dans les bureaux, peut s’avérer encore plus difficile lorsque les enjeux qui l’accompagnent sont ambitieux : innover sur la carte, confier la gestion d’un nouvel établissement, attirer une clientèle plus internationale, par exemple.

Pour jouer la sécurité, il est tentant de recruter un jeune avec « pédigrée », en se tournant du côté des meilleures écoles hôtelières. Encore faut-il trouver les bons classements…

Niveau lycée : le classement de L’Étudiant suit le pourcentage de réussite au BAC

Il faut bien parler de classements au pluriel, car il en existe plusieurs, selon le niveau d’étude proposé (Du BAC au master ou MBA), les spécialités enseignées, le périmètre géographique retenu (France ou monde). Toutefois, il est important de bien noter qu’aucun n’est effectué par un organisme indépendant, officiel, certifié et compétent pour les départager.

Parmi ces classements, celui des 69 lycées français de la série Hôtellerie, diffusé chaque année par le magazine L’Etudiant (version papier et version numérique), a pour mérite l’objectivité de son critère principal : le pourcentage d’élève reçu au BAC qui traduit concrètement la qualité et le sérieux de l’enseignement dispensé. Son trio de tête en 2016/2017 : Le lycée hôtelier du Gosier (Guadeloupe), celui de Marseille et le lycée Joseph Storck de Guebwiller.

Les 10 premiers lycées série hôtellerie du classement 2016/2017 de L’Etudiant

Etablissement Ville (département) Statut
Lycée Hôtelier Du Gosier (Général et techno) Le gosier (971) Public
Lycée Hôtelier Régional (Général et techno) Marseille 08 (13) Public
Lycée Joseph Storck (hôtelier) (Général et techno) Guebwiller (68) Public
Lycée Guillaume Tirel (Général et techno) Paris 14 (75) Public
Lycée Hôtelier Raymond Mondon (Général et techno) Metz (57) Public
Lycée Jean Drouant (Général et techno) Paris 17 (75) Public
Lycée Le Paraclet Quimper (29) Privé
Lycée Jean Rose (Général et techno) Meaux (77) Privé
Lycée Saint Pierre (techno) Brunoy (91) Privé
Lycée Savoie Léman (Général et techno) Thonon les bains (74) Public

Classements des grandes institutions post-BAC : SMBG-Eduniversal et TNS Sofres, à suivre avec précautions

Pour les étudiants post-bac, l’un des classements les plus consultés émane de SMBG-Eduniversal, cabinet de conseil et agence de notation spécialisée dans l’Éducation. Chaque année, ce cabinet qui vend des prestations aux étudiants pour les aider dans leur parcours d’orientation et d’inscription aux grandes écoles, établit son propre classement des établissements (bachelors, masters, grandes écoles…), dont celui des écoles françaises d’hôtellerie et de tourisme. Critères évalués entre autres : la notoriété, le salaire en première embauche, le retour de satisfaction des étudiants, l’enseignement de l’anglais.

Les écoles dont les frais de scolarités peuvent être très élevés (environ 150 000 euros la formation de manageur en hôtellerie-restauration à l’Ecole hôtelière de Lausanne ou à l’Institut Glion, par exemple) rivalisent pour y figurer en bonne place afin d’attirer les meilleurs. En 2016/2017, SMBG/Eduniversal donnait comme 3 premiers, dans l’ordre : L’institut Paul Bocuse/IAE Lyon, l’Académie Internationale de Management et l’Ecole Supérieure Internationale de Savignac. Les classements SMBG/Eduniversal sont peut-être à considérer avec prudence. Le site d’étudiants Alchimy émet par exemple quelques réserves à leur encontre : le panel d’étudiants répondant aux questions de satisfaction serait selon lui insuffisamment représentatif et les salaires à l’embauche gonflés par les écoles. Le Nouvel Obs en 2012 rapportait également des soupçons de classement acheté par certaines écoles.

En 2013, l’institut TNS Sofres a établi, dans le cadre d’une étude, un classement des 10 meilleures écoles hôtelières du monde. Ce classement, comme d’autres auparavant, et comme une majorité de professionnels du secteur, plébiscite les écoles hôtelières suisses : L’Ecole Hôtelière de Lausanne, l’ Institut de hautes études de Glion, Les Roches International School Hotel Management, phagocytent les 3 premiers rangs, devant l’américaine Cornell University et l’Hotelschool The Hague des Pays-Bas. Il faut attendre la 7ième place pour trouver la seule et unique française classée dans les dix premières : l’établissement Vatel.

La française Vatel sur la scène des trophées Hospitality On

En sus de ces classements, il existe également, depuis 2010, un trophée organisé par le site d’information Hospitality On (hospitality-on.com), magazine numérique d’analyse et d’actualités de l’industrie hôtelière française, européenne et mondiale. Appelé Worldwide Hospitality Management Schools Awards, ce trophée de la meilleure école hôtelière du monde a été décerné en novembre 2016, au groupe français Vatel, face à 41 autres prétendants et devant deux écoles « dauphines » : la hollandaise Hotelschool The Hague et la britannique Oxford Brookes University. Le jury, constitué de personnalités du monde de l’industrie hôtelière internationale, a décerné à l’Institut Suisse des Hautes Etudes Glion le prix de la Meilleure Innovation Pédagogique.

Quel que soit le classement qui vous inspire, et le profil que vous recherchez, une chose est certaine : se former, au début de sa carrière et si possible, régulièrement par la suite, reste le meilleur moyen de trouver les postes qui vous conviennent. Et pour le patron restaurateur, aller chercher les talents, notamment dans les filières de plus en plus diversifiées de l’apprentissage, c’est la garantie de bénéficier des collaborateurs les mieux formés aux toutes dernières techniques.

En résumé

  • Il n’existe aucun classement officiel des établissements de formation à l’hôtellerie et au tourisme
  • Chaque année le magazine l’Etudiant publie son classement des meilleurs lycées de la série hôtellerie
  • Le classement SMBG-Eduniversal a une forte notoriété auprès des étudiants post-BAC, mais il est controversé.
  • A suivre, les nouveaux trophées Worldwide Hospitality Management Schools organisés chaque automne par le site d’information Hospitality On.
PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend