La restauration française en croissance en 2017

Selon le cabinet NPD Group, les Français ont dépensé 55,6 milliards d’euros au restaurant en 2017, chiffre en progression de 1,8%, soit la meilleure performance depuis 2011. Cette évolution est principalement soutenue par la restauration rapide.

La restauration rapide reste la locomotive du marché.

Alors que la fréquentation augmente de 1 %, la dépense progresse de 0,8 % pour un panier moyen de 5,55 €.

La restauration rapide représentée par les fastfoods et les sandwicheries tire cette croissance avec + 2,3% alors que la restauration traditionnelle renoue avec une légère progression en visites + 0,4% pour la première fois depuis 2011.

Les autres tendances à connaître et à exploiter :

1- Le « Fast casual » semble la bonne réponse au double critère qualité/prix

Ce segment représente les avantages d’accessibilité et de rapidité des fast-food tout en maintenant une qualité des produits et de l’expérience proche de la restauration à table.

Après avoir influencé les codes de la restauration commerciale, obligeant les restaurateurs à se mettre à niveau (produits qualitatifs, service convivial, cuisine ouverte, etc.), le segment continue d’innover en mettant à l’honneur de nouveaux produits à fortes identités, issus des voyages comme les tacos, le poulet grillé, les piadines ou encore les goûts venus d’Asie (les sandwichs vietnamiens bahn mi ou encore le street food thaï…). Le monde est désormais à portée de tous !

2- Le petit-déjeuner hors domicile

Il transforme l’essai de 2016 et affiche une hausse de 3 %, signe qu’il redessine les habitudes des Français de plus en plus adeptes d’un petit déjeuner à l’extérieur, et sans doute aussi d’un lieu de réunion ou de coworking. Ainsi, la salle de restaurant devient un lieu multi-usage.

3- Vers des frontières de plus en plus floues entre les segments

Les concepts hybrides, entre supermarché et restaurant, où les consommateurs peuvent se faire plaisir avec un repas sur place ou à emporter, continuent à gagnent en popularité aux États-Unis et en Europe. Les restaurateurs vont être confrontés à une concurrence grandissante de ce type d’institutions.

4- L’avènement du « click and collect »

Très en vogue outre-Manche, il arrive dans les grandes villes françaises. Cette digitalisation des commandes permettant de programmer sa vente à emporter a bien des atouts : tandis que les usagers gagnent du temps et anticipent leur paiement, les restaurateurs gèrent mieux leur stock et leur charge de travail, tout en gagnant du trafic. Un concept gagnant qui va faire des émules.

Et pour 2018 ?

Maria Bertoch, Industry Expert Foodservice pour The NPD Group détecte des signaux positifs pour l’avenir: « Les Français vont mieux, et ça se voit ! Gage d’un certain optimisme face à l’avenir, ils ont retrouvé le chemin des restaurants ».

Selon les projections du cabinet NDP Group, le marché pourrait encore progresser de 111 millions de visites en 2018. Les habitudes de consommation vont continuer à évoluer, influencées par la technologie et l’innovation, la recherche d’expérience et une offre toujours plus diversifiée.

En savoir plus : https://www.npdgroup.fr/wps/portal/npd/fr/home/

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend