Ouvrir un restaurant en zone rurale, une idée qui fait son chemin

Les efforts des collectivités rurales pour revitaliser leur tissu économique et créer des commerces pour attirer de nouvelles populations rejoignent les aspirations d’un nombre croissant de français qui souhaitent quitter les grands centres urbains. Une vraie opportunité pour se lancer dans l’aventure d’une ouverture de restaurant. D’autant que les aides, notamment financières, ne manquent pas.

Même si, globalement, la majorité de la population française reste concentrée dans les grandes agglomérations du pays (80% en 2017 selon le site Statista), les temps pas si lointains de l’exode rural massif semblent désormais derrière nous. En cause, la volonté d’un nombre croissant de citadins de s’extraire des grandes villes, encore symbolisée par la récente enquête de CadreEmploi qui indique qu’en 2018, plus de 80% des cadres franciliens souhaitent changer d’air. Certes, une grande partie irait prioritairement s’installer dans les métropoles régionales, mais parmi ce flux grandissant, certains en profitent aussi pour se mettre au vert. On peut ajouter à ce tableau la volonté des retraités de s’éloigner des villes, qui s’ajoute au souhait de nombreux seniors déjà installés en campagne d’y rester le plus longtemps possible.

Pour que ces mouvements sociologiques de fond s’ancrent dans la réalité, il faut accompagner le mouvement et les élus des communes rurales l’ont bien compris. Parmi leurs combats principaux pour dynamiser leurs centres villes, figurent en bonne place le maintien ou le développement de services de proximité : les services publics bien entendu, mais également les commerces. Les restaurants, bars et autres commerces de bouche occupent une place de choix dans leurs priorités, car ils apportent des solutions aux travailleurs à la recherche de solutions pour se restaurer le midi. Mais ils ont aussi un rôle social à jouer, en créant de l’animation le soir ou les week-ends. L’UMIH, représentant de la profession des restaurateurs, cafetiers et hôteliers, a d’ailleurs publié un document en résumant les enjeux pour les 26 000 communes rurales françaises. Et contribué à remporter une première victoire au printemps, avec la ré-autorisation des pré-enseignes signalant la présence d’hôtels, de cafés ou de restaurants dans les petits villages.

Choisir le bon emplacement, un bon début

Pour ouvrir un établissement en zone rurale, le candidat aura tout intérêt à examiner les points suivants :

  • Le dynamisme des élus: tous les élus ne sont pas également mobilisés. Il est donc important de mesurer le degré d’implication de la commune et sa volonté d’accueillir de nouveaux entrepreneurs. Il faut donc examiner les programmes électoraux mais aussi les réalisations récentes concrètes des équipes municipales aux commandes.
  • La zone de chalandise: tout aussi importante est l’évaluation de la clientèle potentielle. Il faut donc des chiffres sur la population locale, connaître ses moyens financiers pour ajuster votre offre et vos tarifs. Penser également à regarder à la loupe les perspectives d’implantation – ou hélas de départ – des entreprises locales, En effet, la présence d’un nombre conséquent de salariés ou de fonctionnaires à proximité de votre restaurant, surtout s’ils bénéficient grâce à leur employeur de titres restaurant pour leur déjeuner, s’avèrera crucial. Dans ce cas, vous avez d’ailleurs tout intérêt à vous affilier rapidement, via le CNRT puis en vous rapprochant des principaux émetteurs de titres (Edenred par exemple avec le Ticket Restaurant®)
  • Attractivité touristique : c’est un plus potentiel pour votre chiffre d’affaires mais attention aux effets pervers de la saisonnalité – difficulté de recrutement de personnel par exemple. Et les zones touristiques ne bénéficient pas du même soutien financier de la part des pouvoirs publics.

S’appuyer sur les réseaux existants pour trouver

Une fois votre décision prise, le choix du local s’avère tout aussi crucial. De nombreux acteurs spécialisés proposent des établissements à reprendre. Il peut s’agir de sites internet privés mais aussi de structures locales de soutien au développement économique, par exemple le réseau Relance dans les Cévennes. Avantage de ces structures qui émanent souvent des CCI locales, elles accompagnent le repreneur dans son analyse des risques et opportunités.

Une autre piste très séduisante, consiste à surveiller celles des communes rurales qui veulent attirer des professionnels de la restauration et n’hésitent pas à leur proposer des locaux à bas prix, voir gratuitement, et une aide à l’installation. La chaîne de télévision Demain.fr s’est fait une spécialité de les mettre en avant, mais bien d’autres medias vous y donneront accès.

L’avantage financier est évident, la volonté des édiles traduit souvent les attentes de la population locale et vous pouvez en espérer un soutien actif au début. Néanmoins, il n’y a pas de fumée sans feu. Si aucun restaurateur n’a pris le risque jusqu’ici, c’est aussi parce que le pari économique est difficile. Il est donc intéressant d’envisager, dès le départ, de proposer des services annexes à l’activité de restauration (café, tabac, services de réception de colis, petite épicerie, etc) pour multiplier les chances de réussite.

Le financement, une phase cruciale

En dehors des opportunités d’installation gratuites ou à faibles coûts évoquées ci-dessus, le rachat du fonds de commerce et d’éventuels murs se chiffrera en dizaines de milliers d’euros. A moins de disposer de cette somme sur fonds propres, il vous faudra un financement. Les témoignages concordent pour souligner la frilosité des banquiers traditionnels. Heureusement, des solutions alternatives existent : subventions des collectivités locales et l’appel au financement participatif (voir encadré).

Des exonérations de charges sociales et/ou d’impôts sur les bénéfices de votre société sont également possibles, selon votre situation personnelle (par exemple, elles seront plus importantes si vous êtes en recherche d’emploi). Ces différentes aides varient selon les politiques gouvernementales suivies, mais aussi selon les choix des collectivités territoriales (région, département et bien sûr commune d’implantation). A vous de frapper aux bonnes portes pour disposer d’un panorama complet de l’offre : la démarche vous semblera fastidieuse et longue – et elle l’est !! – ,mais l’enjeu est à la hauteur de vos efforts et le succès de votre futur restaurant sans doute à ce prix.

Utiliser les réseaux sociaux

Décidé et opérationnel ? Il est alors temps de vous faire connaître. Cela passe évidemment par une bonne visibilité – dans une rue passante si possible ou alors, près d’un axe routier bien fréquenté, avec des possibilités de stationnement bien mises en évidence.

Mais vous devrez aussi utiliser les moyens de communication les plus modernes pour avertir de votre ouverture, puis de vos menus, etc. La création d’un page sur Facebook par exemple vous fournit une aide rapide et peu onéreuse au départ. Par la suite, votre présence sur certaines plateformes de réservation, ainsi que la création de votre propre site internet seront des points décisifs dans la croissance de votre établissement. N’oubliez pas que malgré les difficultés occasionnelles d’accès à internet, votre clientèle l’utilise beaucoup, ne serait-ce que pour ne pas avoir à se déplacer inutilement !

Où trouver des aides et des financements ?

La ruralité n’est pas uniforme et cela fait son charme. Mais cela rend également difficile l’information exhaustive sur l’ensemble des subventions et aides qui peuvent vous aider. Vous pouvez toutefois commencer ainsi

  • Consulter le site « ouvrir un restaurant » et notamment sa page consacrée aux aides financières (pas exclusivement en milieu rural) : https://www.ouvrir-un-restaurant.com
  • Consulter le site du gouvernement sur les implantations en ZRR (zones de revitalisation rurale), qui détaille de nombreuses exonérations (jusqu’au 31 décembre 2020) : https://www.economie.gouv.fr
  • Pour aller plus loin dans vos recherches des initiatives et aides locales : https://www.afecreation.fr
  • Pour comprendre comment faire appel au crowdfunding pour financer votre installation, relisez cette interview d’un de ses acteurs, spécialisé dans la restauration : http://servicecompris.business/2018/06/26/financement-participatif-que-peuvent-en-attendre-les-restaurateurs/
  • Et si vous envisagez malgré tout de rester en Ile de France (où il y a bien des zones rurales !!!) : http://www.aides-entreprises.fr
PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend