Tous au restaurant : une occasion de conquérir de nouveaux clients

Sponsorisée et largement organisée par la Fourchette, l’opération Tous au Restaurant se tient cette année du 1er au 14 octobre inclus. Deux semaines entières pour accueillir une clientèle attirée par la promotion « un menu offert pour un menu acheté ». Bonnes affaires en vue ?

Une semaine après la Fête de la Gastronomie qui s’est tenue fin septembre dans un relatif anonymat, place à l’opération « Tous au Restaurant », dont la neuvième édition se tiendra du 1er au 14 octobre. Le principe : après inscription du restaurant sur le site de la Fourchette, le restaurateur décrit son menu spécial pour l’opération, et propose des réservations en ligne. Il s’engage à ne facturer qu’un seul menu pour deux convives (hors boissons). La rémunération du site de réservation la Fourchette est de 1 euro par couvert (et plus rien au-delà de 300 couverts). En 2017, il y avait eu plus de 200 000 réservations pour environ 1500 restaurants inscrits.

Est-ce une bonne affaire ? Pour les consommateurs, assurément. Il n’y a qu’à lire les très nombreux articles, en particulier dans la presse régionale, qui annoncent l’ouverture des réservations (à partir du 25 septembre) et présentent les établissements concernés dans leur périmètre, pour le vérifier. Il y a un véritable effet d’aubaine pour les clients et les plus grandes tables (liste à proposer) sont prises d’assaut. Cette année, Guy Savoy, Anne-Sophie Pic, Jean-Louis Nomicos, Hélène Darroze, les restaurants du groupe Bertrand, et les restaurants du groupe Châteaux et Hôtels Collections sont par exemple de la partie.

Pour le restaurateur, il y a d’abord une assez belle exposition médiatique. L’opération peut lui permettre, notamment en province, de bénéficier d’un assez bel éclairage, en associant son nom à celui de confrères plus prestigieux, dans la liste des restaurants locaux concernés. De quoi acquérir, à peu de frais finalement, l’image d’un « gastronomique ».

Sur le plan financier, le bénéfice est moins évident. La réduction de 50% sur le prix de deux menus est compensée par les bénéfices réalisables sur les boissons. Il est également possible de limiter le nombre de tablées à trois par service, tandis que le prélèvement d’un euro par la Fourchette reste somme toute modeste. Au final, il faut sans doute regarder cette opération comme une publicité à bon prix, plutôt que comme une source immédiate de revenus supplémentaire. Mais ce surcroît de notoriété pourrait bien avoir des effets positifs à plus long terme.

S’inscrire sur la Fourchette, une bonne idée ?

Puisque l’inscription sur le site de réservation est obligatoire pour participer à l’opération « Tous au restaurant », quels sont les atouts, et les désavantages d’une telle inscription pour le restaurateur ?

Les plus :

  • La possibilité de faire connaître son établissement rapidement, pour une clientèle à la recherche de nouvelles expériences sur internet. Ceci concerne les jeunes urbains branchés, mais aussi les touristes arrivant dans une région inconnue, etc
  • Un accès simple à un site de réservation en ligne, qui permet de tester l’outil
  • Un coût d’entrée proche de zéro euro, pour « tester » les bienfaits de la réservation online

Les moins :

  • A la possibilité de réservation en ligne, est associée celle, pour les consommateurs, de commenter leur expérience (qualité du repas, du service, etc). Cela oblige à un suivi régulier de ces appréciations, qui demande du temps
  • La gratuité initiale est à oublier : un prélèvement de 2 euros par couvert honoré est appliqué.
  • Pour éviter de les payer, vous pouvez accéder à un bouquet de services plus large (la taxe sur le couvert tombe alors à 0,5 euro). En revanche, l’abonnement au service en question varie de 59 à 89 euros par mois. Pour ce prix, vous avez notamment accès à un système d’optimisation de plan de salle.

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend