Personnel de salle ou de cuisine : mieux vaut les retenir que courir !

La rotation de main d'œuvre est 2 à 3 fois plus élevée dans le secteur de l'hôtellerie-restauration qu'ailleurs, et l'ancienneté dans l'entreprise est assez faible. Autre statistique parlante : seuls 2 tiers des salariés sont dans leur emploi depuis plus d'un an.

Dès lors, l'enjeu est clair : Pour avoir moins d'efforts de recrutement à faire, il vous faudra trouver les solutions pour retenir vos commis, cuisiniers ou serveurs. Dans cet objectif, le titre cadeau présente de réels atouts :

1 euro dépensé, 1 euro dans la poche du salarié : ce calcul apte à faire rêver n'importe quel gérant de restaurant devient réalité quand il s'agit de distribuer des chèques-cadeaux. A condition de bien s'y prendre.

La commission de gestion qu'appliquent les émetteurs de titres-cadeaux ne représente qu'une infime partie du poids des cotisations sociales, pour l'employeur et pour le salarié, correspondant à la même dotation sous forme de prime financière. Dans ces conditions, ce n'est pas une surprise si les titres-cadeaux poursuivent leur développement, tant sous leur forme traditionnelle que dématérialisée.

De solides avantages

Au delà de l'aspect financier, les chèques-cadeaux présentent d'autres solides avantages :

  • L'employé conserve toute sa liberté de choisir parmi la sélection présentée,
  • Souplesse dans les limites de la réglementation,
  • Ouvert aux petites entreprises (seul le dirigeant ne peut en bénéficier) y compris celles qui n'ont pas de C.E.
  • La dimension cadeau est davantage présente que sous forme d'une prime sur la fiche de paie ; par exemple, le collaborateur peut rapporter les coupons ou la carte chez lui.

Le troisième présent le plus souhaité

Autant d'avantages qui ont fait des chèques-cadeaux un favori, tant sous le sapin des entreprises que sous celui des particuliers. Dans son étude des intentions d'achats à Noël, le cabinet Deloitte a ainsi montré dès 2014 que le chèque cadeau représente le troisième présent le plus souhaité par les Français !

Des principes déterminants

  • L'avantage s'applique à tous : les titres-cadeaux sont attribués à l'ensemble du personnel salarié sans distinction d'activité ou de quelque autre critère discriminatoire (ancienneté, qualité de travail, résultats individuels, …) ;
  • Pour donner tout leur potentiel d'économies d'impôts et de cotisations, ils doivent être distribués à l'occasion d'un événement telles que les fêtes de fin d'année : la Sainte Catherine (25 novembre), la Saint Nicolas (6 décembre) et Noël ;
  • Ils doivent être attribués « dans le cadre d'une utilisation déterminée » (les jouets, mais aussi les tenues vestimentaires et beaucoup d'autres rayons par exemple, pour Noël) ;
  • Les gratifications doivent respecter le plafond maximum autorisé de 5 % du plafond mensuel de la Sécurité Sociale, soit 166 € pour 2018.

Le choix du fournisseur : outre la qualité et l'opportunité des services proposés, on attachera une attention particulière au réseau d'enseignes partenaires proposé par l'émetteur des chèques-cadeaux :

  • Peut-il satisfaire les besoins de tous les employés ?
  • Permet-il des achats pour tous les membres de la famille ?
  • Le réseau d'enseignes en régions offre-t-il un maillage suffisant ?
  • Peut-on acheter en ligne ?

Pour aller plus loin, téléchargez notre fiche pratique sociale et fiscale du titre-cadeau

Formulaire de téléchargement

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend