La cuisine fusion fait des étincelles grâce à internet

Nouvelle tendance à la mode, la cuisine fusion a pourtant déjà trente ans. Mais grâce à internet, et à des restaurants virtuels qui peuvent tester à moindre risque des initiatives de métissage culinaire, elle décolle véritablement aujourd’hui, auprès d’un public élargi avide de nouvelles expériences.

À ses origines, dans les années 1970, la cuisine fusion est née à l’initiative de certains restaurateurs français qui souhaitaient mélanger des saveurs découvertes lors de voyages à l’étranger, avec des plats plus typiques de notre gastronomie. C’est ainsi que les chefs Alain Senderens et Michel Guérard réalisent le mariage de ravioles – d’origine chinoise – avec une garniture de homard ou de foie gras.

Aux Etats-Unis, où les différentes vagues d’immigration ont permis le développement de restaurants proposant des cuisines d’Amérique latine, caribéenne ou encore asiatique, l’idée de ces mélanges trouve un terrain favorable. C’est d’ailleurs de ce pays que viendra l’appellation Fusion Food…

Une cuisine un peu trop branchée ?

Parmi les grands noms du mouvement, on peut citer notamment l’Austro-Américain Wolfgang Puck qui, dès 1975, a adapté la nouvelle cuisine française aux goûts et aux produits californiens, où il a installé son premier restaurant après s’être formé en France. Reste que jusqu’à récemment, cette tendance est demeurée réservée à quelques initiés, suscitant d’ailleurs souvent les moqueries des « vrais » gastronomes, qui la qualifiaient d’élitiste et de maniérée.

L’arrivée d’internet et des repas livrés à domicile grâce aux applis change la donne, en permettant à des initiatives originales de trouver rapidement – et sans les frais liés à l’ouverture d’un « vrai » restaurant – un public large.

Le public s’élargit avec internet

Récemment, c’est la fusion des cuisines péruviennes et japonaises – cuisine Nikkei – qui séduit, grâce notamment au site Côté Sushi. Le mélange des sashimis avec les ceviches, entre autres mariages, ravit les papilles. Au point que de vrais restaurants ouvrent désormais pour surfer sur la vague. Un sacré renversement, quand on songe que Mac Donald, pour imposer ses burgers quasi-inconnus en France, a dû batailler pour obtenir le droit d’utiliser le mot « restaurant » dans sa communication. Aujourd’hui, le géant américain aurait-il pu se contenter d’une bonne campagne sur internet et de livraisons à domicile ?

Cuisine fusion, les ingrédients de la réussite

Pour réussir votre incursion dans la cuisine fusion, trois possibilités s’offrent à vous :

  • Si vous disposez de votre propre restaurant, avec une clientèle disposée à l’aventure culinaire, pourquoi ne pas réserver une partie de votre carte à des vagabondages métissés ? Attention toutefois à ne pas dérouter vos clients en basculant trop rapidement et de façon trop entière vers une autre cuisine. C’est là qu’une écoute active de vos habitués sera très utile, une fois qu’ils auront goûté vos nouvelles recettes
  • La solution du site web a ceci de séduisant qu’elle vous permet de tester le concept sans devoir ouvrir une salle de restauration. Économique d’un côté, en revanche, il va vous falloir investir pour vous référencer sur internet, et faire développer un site très attractif, qui met en valeur l’originalité de votre cuisine (photos soignées, contenus incitatifs, etc). Cette approche est souvent retenue par des entrepreneurs ayant l’objectif de développer une franchise.
  • L’ouverture d’un food truck apparait comme une bonne solution de compromis pour proposer une innovation culinaire, sans trop investir sur un fond – et des murs – ou un site internet. Attention, l’installation d’un camion n’est pas neutre financièrement et un certain nombre de démarches administratives sont indispensables. Mais elle propose sans doute le meilleur compromis pour proposer rapidement une nouvelle cuisine – fusionnée ou pas – et vérifier son succès auprès des consommateurs.
PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend