/* */

Recette N°2 pour bien gérer votre restaurant : Un business plan en 6 points

Bien décidé à ouvrir votre restaurant ? Avant de courir chez votre banquier, n’oubliez pas de faire l’essentiel pour le convaincre : écrire votre business plan ! Voici, en 6 points, ce qu’il doit contenir pour être rassurant.

Vous avez murement réfléchi, fait vos comptes, pris la mesure de l’investissement en temps de travail que cela implique et votre décision est ferme : comme 20 000 autres français chaque année, vous allez ouvrir un restaurant ! Mais pour mener à bien cette initiative ambitieuse, êtes-vous sûr d’avoir pensé à tout ? Notamment, avez-vous réalisé votre business plan ?

Qu’est-ce qu’un business plan ? Également appelé plan d’affaires, il s’agit d’un ensemble de de documents à rédiger et d’étapes à réaliser. Ceux-ci permettent de présenter de façon très complète votre projet à votre banquier pour obtenir un prêt si besoin, ou à tout autre investisseur, et de les rassurer sur son sérieux. Le business plan est aussi un bon moyen de dessiner votre stratégie commerciale et de vous rassurer vous-même sur la viabilité de votre projet en traçant ses lignes directrices.

Rien n’est figé concernant l’établissement d’un business plan pour un restaurant, mais voici 6 points essentiels à lui intégrer.

Point 1 : Définir le concept de votre restaurant

Il s’agit d’un petit texte d’une ou deux pages qui donne une idée précise de ce que va être le futur établissement, et sa forme : un food-truck, un bar, un salon de thé, un restaurant à spécialités ou à thème, etc. Il permet aussi de décrire l’ambiance du lieu et pourra d’ailleurs, par la suite, de guide pour penser sa décoration. C’est ici que vous devez aussi parler de la carte, des menus et des plats que vous envisagez de proposer, en tenant bien compte de la clientèle visée. Faites preuve d’imagination et mettez en avant, dans ce texte, les atouts qui vous démarquent.

Point 2 : Décider de l’emplacement

L’emplacement est un grand facteur de réussite dans l’ouverture d’un restaurant. Trop isolé, même dans un joli cadre bucolique, il fera fuir les investisseurs. A contrario, une localisation dans une zone de forte chalandise, pose inévitablement le problème de la concurrence. Déterminez vos propres critères : proche du centre-ville, en zone touristique, en zone commerciale, surface souhaitée, etc. Voici un bon article sur l’ensemble des éléments à prendre en compte.

Point 3 : Faire une étude le marché

En partant des 2 premiers points, estimez les chances de succès de votre établissement. Y a-t-il des concurrents proches ? Qui seront les clients : des travailleurs des entreprises voisines, des vacanciers de passage ? Combien seront-ils prêts à dépenser pour leur déjeuner ou leur dîner ? Sur ce point, il peut être intéressant de se renseigner sur le nombre de bénéficiaires de titres restaurants travaillant à proximité. L’étude de marché est un point qu’il ne faut surtout pas négliger. Pôle emploi propose une fiche didactique pour la réaliser.

Point 4 : Choisir sa structure juridique

De celle-ci vont en effet dépendre vos charges, votre calendrier d’obligations administratives et aussi vos capacités d’embauche. Suivez notre guide.

Point 5 : Elaborer le modèle économique

Autre point critique, le modèle économique aussi appelé business model ou prévisions financières. Si l’étude de marché donne une idée des recettes possibles, le modèle économique prend en compte les dépenses : loyers et licences, traites en cas d’emprunt, achats des matières premières, salaires et cotisations (selon la structure juridique), etc. Ici se déterminent aussi les jours et horaires d’ouverture, en fonction des résultats de l’étude de marché. Ce modèle permet de prévoir les ratios qui servent d’indicateurs en restauration : ticket moyen, marge sur les solides, etc.. Ces indicateurs seront ensuite à surveiller durant l’activité.

Point 6 : Chiffrer l’investissement de départ et le fond de roulement

Il s’agit ici de calculer la somme nécessaire au lancement du projet : licences, caution pour le bail commercial et premiers loyers, travaux de réfection, ameublement et décoration de la salle, équipements de la cuisine, premiers salaires, stocks de départ. En envisageant aussi, c’est prudent, une ligne budgétaire pour les imprévus. Ce chiffre est d’autant plus important que c’est lui que vous devrez remettre à votre banquier pour justifier d’un emprunt.
En résumé, votre business plan va vous permettre, calculette en main, de passer de votre rêve de restaurant à sa réalité ! Il ne faut donc pas le négliger et prendre le temps de bien le réaliser.

Quels experts pour se faire aider à chaque étape ?

En tête, pour vous accompagner, l’expert-comptable. Il peut vérifier pour vous les modalités d’un bail commercial (Point 2) afin qu’elles ne soient pas en votre défaveur. Il est de bon conseil sur le choix des statuts (Point 4). Son aide enfin peut-être bien concrète pour établir votre modèle économique (point 5) et chiffrer votre investissement de départ (Point 6).

Les CCI sont quant à elles des alliées précieuses pour les études de marché (Point 3). En effet, elles font régulièrement des analyses chiffrées sur la restauration, ciblées sur des zones géographiques. Elles proposent également un outil en ligne, CCI Business Builder, pour réaliser sa propre étude.

Les banquiers : eh oui, ce ne sont pas toujours, ou seulement, de simples prêteurs avides de toucher des frais de dossier et des intérêts d’emprunts. Il y a aussi des professionnels aguerris, connaissant bien les tenants et aboutissants de la réussite d’un restaurant, ou la situation économique de la ville où vous désirez vous implanter… voire les deux ! N’hésitez pas à faire jouer la concurrence, et pas seulement au niveau des taux d’intérêt. Un bon conseil vaut cher…

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend