Recruter dans les lycées hôteliers : un chemin… de croix mais rentable

Il est peut-être facile de trouver un emploi en traversant la rue… Mais il est toujours aussi difficile de trouver un employé dans la restauration, même en visitant toute la ville ! Il y a pourtant une piste tentante, celle des lycées et autres établissements de formation spécialisés, qui sortent des centaines de jeunes diplômés chaque année.

Bonne idée mais ne vous attendez pas à y trouver des bureaux de placements qui vous faciliteront la tâche. Il vous faudra d’abord sélectionner les établissements à proximité et les formations qui conviennent à vos besoins. Puis vous armer de beaucoup de patience et travailler sur la continuité.

Pas de listes exhaustives des établissements

Premier constat : il n’existe pas de listes des établissements en question. Certes, une recherche sur internet renvoie quelques résultats, comme sur le site du Parisien en partenariat avec l’Etudiant. Mais une rapide lecture montre rapidement que cet annuaire est incomplet, car largement basé sur des inscriptions volontaires. Quant au site Eduscol, dépendant du Ministère, on y trouve bien de longues pages expliquant – on suppose aux enseignants – ce qu’est le label « lycée des métiers ». Mais dès qu’on tente une recherche d’établissement par zone géographique, le site ne répond plus…

Explorer soi-même les environs

Second constat, les sites des lycées hôteliers eux-mêmes ne sont pas spécialement dédiés à une embauche rapide des apprentis. Quelques établissements – surtout les privés – tentent de mettre en place des CVthèques. Mais en général, pour proposer un poste dans votre restaurant, il vous faudra d’abord entrer en contact avec un responsable pédagogique dont, dans le meilleur des cas, les coordonnées apparaissent clairement sur le site du lycée. Sinon, c’est le standard….

La conclusion s’impose d’elle-même : mieux vaut prendre le taureau par les cornes et adopter une stratégie offensive, car les propositions ne viendront pas spontanément vers vous. Bref, il va falloir provoquer la chance !

Première étape : opérer un recensement régional. Commencer par lister les établissements à proximité de votre établissement, dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres en province. En délimitant votre recherche, vous risquez moins d’en oublier. Vous pourrez aussi fréquenter plu facilement leurs journées portes ouvertes, organisées régulièrement pour séduire… les parents réticents à envoyer leurs enfants dans les filières professionnelles. Enfin, quand vous proposerez des postes d’apprentis, votre proximité avec le lycée comme avec le domicile de l’élève, sera un plus pour l’équipe pédagogique comme pour les parents.

Anticiper, et sur le long terme : évaluer vos besoins annuels – combien d’apprentis, quand, sur quelle durée ? Ce sera une bonne base de discussion avec les professeurs qui apprécieront de connaître vos intentions pour établir au mieux les plannings. Il vous faudra certainement vous adapter à certaines contraintes pédagogiques mais le jeu en vaut la chandelle non ?

Entretenir la flamme : une première expérience réussie avec des apprentis qui ont trouvé facilement un travail ensuite ? Faites le savoir. Des points d’amélioration à envisager sur la formation ? Parlez-en avec les enseignants et pourquoi pas autour d’un repas. Bref, faites vivre la relation avec l’équipe pédagogique et, si elle existe, l’association des anciens élèves. Le bouche à oreille fonctionne là-aussi et une – bonne – réputation de restaurant formateur vous servira pendant de longues années, même si votre établissement n’accueille que peu d’apprentis.

Les règles pour accueillir un apprenti

Les apprentis sont tenus de respecter des règles strictes au même titre que vos salariés. Avantage pour vous, leur rémunération est inférieure au smic et n’est pas assujettie aux cotisations sociales, sauf si vous décidez de les payer au-delà de la limite légale (et pour la partie qui dépasse seulement).

En tant qu’employeur, vous devrez prendre garde à respecter des dispositions spécifiques aux apprentis – durée de travail en fonction de l’âge, manipulation de produits ou de machines dangereuses, etc.

La réglementation ne doit cependant pas vous arrêter : elle n’est pas si complexe et, de toute façon, les établissements scolaires comme les CFA ou vos chambres des métiers sont là pour vous aider à la comprendre et à la respecter simplement.

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend