S’approvisionner en ligne : les restaurants enfin servis ?

Avec l’ouverture de la marketplace du Min de Rungis, une étape importante a été franchie pour permettre aux restaurateurs parisiens d’acheter sur internet leurs produits frais. Le début d’une révolution ? Plusieurs startups de la foodtech l’espèrent bien.

Comme le signalait à l’automne dernier Delphine David, consultante de Xerfi et auteure d’une passionnante étude sur « la transformation digitale dans la restauration », « le e-commerce BtoB de produits alimentaires a longtemps été en retard, notamment par comparaison avec son équivalent grand public ».

Mais les temps changent et l’offre faite aux professionnels est en passe de s’élargir. Le détonateur a sans doute été, mi-2018, le lancement de la plateforme Rungis Market. Celle-ci propose tout simplement – et enfin ! – aux professionnels de commander leurs produits frais en ligne, de les payer pareillement et de se faire livrer, soit sur leur site, soit au guichet réservé à leur effet dans le Marché d’Intérêt National.

Quatre cents grossistes en ligne

La market place donne ainsi accès à 400 grossistes en ligne, présentant 16500 produits, avec une liberté de prix (y compris pour la livraison) totale. C’est beaucoup plus que l’offre de Califrais, une startup qui s’est lancé sur le même créneau dès 2017. Les plus de cette digne représentante de la Foodtech ? Une livraison mutualisée qui permet de gagner du temps, ainsi qu’une application à l’ergonomie calculée pour rendre « heureux » ses clients. Comparaison n’est pas raison, mais le mieux n’est-il pas d’essayer les deux ?

Des logiciels aussi

Voire plus ! Car l’éventail de solutions s’élargit soudainement. Pour rappel, la possibilité existait déjà depuis plusieurs années de créer des comptes en direct chez certains fournisseurs spécialistes du cash and carry comme Metro et Promocash, ou des grossistes comme Transgourmet. Ces enseignes ont la surface nécessaire pour développer eux même ces sites internet. Mais les grossistes de plus petite taille, ainsi que leurs clients restaurateurs, peuvent utiliser la solution de Supli : elle permet de créer rapidement des interfaces facilitant la prise de commande directe entre client et fournisseur, sur la base de produits référencés à l’avance.

Il existe en plus des modules spécifiques pour l’approvisionnement dans des suites logicielles plus complètes, qui gèrent l’ensemble des étapes de la vie du restaurant. Citons parmi elles FoodMeUp ou Easylis. Enfin, mention particulière pour Ouilink qui propose également un accès full smartphone à ses fonctionnalités de commande en ligne.

Mutualisation, LE bénéfice de la commande en ligne

Commander en ligne ne vous met pas forcément en position de force pour négocier les prix avec votre fournisseur. Pour cela, mieux vaut encore un coup de téléphone. Les gains sont ailleurs :

  • Temps passer à commander raccourci grâce à des listes prédéfinies
  • Erreurs limitées
  • Livraison en une fois de plusieurs commandes à différents fournisseurs (frais diminués)
  • Temps de réception des commandes optimisé
  • Paiement à la carte (en avance ou à réception)
  • Paiement unique même en cas de fournisseurs multiples
  • Conditions (et facilités) de paiement uniformisées

Pas encore convaincu ? Sachez qu’en moyenne, et selon Pierre Levy, cofondateur de Califrais, « un restaurateur a huit fournisseurs différents ». Sur la base d’une commande hebdomadaire avec chacun, avec un gain de temps potentiel de 10 mn sur l’ensemble de la chaine commande-réception-paiement, le temps gagné à la fin d’une année de 50 semaines d’ouverture est de…. 4000 minutes, c’est-à-dire 66 heures. Vous avez donc gagné une bonne semaine de travail !

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend