/* */

Fête des pères : concilier boulot et vie de famille quand on est restaurateur

C’est bientôt la fête des pères et nombreuses sont les familles qui s’apprêtent à la célébrer au restaurant. Mais quid du restaurateur derrière ses fourneaux ce jour-là ? Quand va-t-il ouvrir le précieux paquet contenant son porte-clés en nouilles ? Voici quelques conseils pour concilier au mieux vie familiale et professionnelle dans la restauration.

Selon une étude BVA commandée par le Fafih en octobre 2018, seuls un tiers des jeunes de moins de 30 ans considèrent les métiers de la restauration comme attractifs, et un tiers également jugent que ceux-ci permettent de concilier vie privée et professionnelle. Difficile de ne pas établir une corrélation entre ces deux chiffres. Horaires décalés, week-ends consacrés au travail, sont en effet une réalité dans la restauration et trouver un équilibre avec le quotidien d’une famille n’est pas aisé.

Règle numéro 1 : s’autoriser à déconnecter

Certes, être restaurateur exige de passer beaucoup d’heures en dehors de la maison. Alors une fois rentré, il faut s’autoriser de déconnecter, c’est-à-dire ne plus consulter les mails ni les sms professionnels et surtout sortir les problèmes du restaurant de ses pensées, pour profiter de ses proches. Pourquoi ? Parce que penser aux problèmes avec la culpabilité de mal s’occuper de ceux qu’on aime est particulièrement contre-productif pour les résoudre. Et aussi parce que passer du bon temps et se ressourcer en famille redonne de l’énergie, propice, elle, à cette résolution dès le lendemain.

Règle 2 : apprendre à prioriser

Gérer conjointement un restaurant et une famille peut donner le tournis : comment jongler entre un rendez-vous important avec l’enseignant de son enfant et le lancement en cuisine du service du soir, par exemple ? En apprenant à organiser les tâches par ordre de priorité, en tenant compte de leur degré d’urgence mais aussi d’importance. Il existe pour ce faire différents outils, notamment des applis pour mobiles d’organisation du temps, préconisés aux chefs de très petites entreprises, qui peuvent facilement s’utiliser dans la restauration.

Règle 3 : bloquer des plages « famille »

A l’aide ces mêmes outils d’organisation du temps ou dans un joli agenda papier, réservez des plages horaires exclusivement dédiées à la famille et aux proches. Et, quels que soient les imprévus du restaurant qui se présentent, essayez de protéger au maximum ces moments privilégiés. Pas facile… non, sauf en apprenant à déléguer !

Règle 4 : Oser déléguer

Il y a forcement dans l’équipe du restaurant des jeunes ou des moins jeunes, sans charge de famille, prêts à s’investir davantage pour se forger des compétences, par exemple. Les impliquer avec confiance dans le fonctionnement du restaurant et leurs donner plus de responsabilités permet de pouvoir leur déléguer des tâches courantes mais aussi des imprévus survenant en plein moment familial planifié de longue date.

Règle 5 : Mieux communiquer

Ce conseil vaut aussi bien dans l’enceinte du restaurant qu’à la maison. Prévenir ses collaborateurs à l’avance d’une contrainte familiale et à l’inverse sa famille d’une contrainte professionnelle permet de les impliquer. Ils seront donc, les uns comme les autres, plus sensibles à la façon dont vous devez vous organiser. Pourquoi ne pas utiliser avec eux les fonctions d’agenda partagé des outils évoqués à la Règle 2.

Règle 6 : Savoir lâcher prise

La perfection n’existe pas : ni en cuisine, ni en salle, ni en famille. Inutile donc de vouloir être à la fois un restaurateur hors pair et un père modèle. Pour concilier vie au restaurant et vie à la maison, il faut savoir lâcher prise avec l’image idéale de soi. Et s’autoriser à écouter ses propres besoins. Pratiquer la méditation est un excellent moyen d’y parvenir et, en sus, de mieux profiter de chaque instant professionnel comme familial.

Comment faire de son restaurant un lieu « conciliant » ?

La difficulté à concilier vie professionnelle et vie familiale est une réalité pour le restaurateur, mais aussi pour chacun de ses employés, en cuisine comme en salle. Dans son rôle de chef d’entreprise, il peut aider chacun à trouver cet équilibre dont lui-même à besoin. Comment ? Par exemple grâce à un management bienveillant passant par l’écoute des collaborateurs et de leurs besoins. Ou encore en proposant un agenda partagé ou chacun peut noter ses impératifs familiaux. Et aussi en favorisant la communication en interne afin que chacun puisse exprimer ses contraintes et entendre celles des autres.

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend