La lutte contre le gaspillage alimentaire : allez, je me lance, par où je commence ?

Difficile de passer à côté, le 16 octobre est célébrée la journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire. Cette journée-là, les trucs et astuces anti-gaspi poussent comme des champignons sur les réseaux (et cela tombe bien, c’est la saison) !
Cependant, ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver dans cette forêt de conseils.

Pourquoi ne pas commencer par un diagnostic anti-gaspi ?

C’est ce que propose la startup Framheim, qui met l’économie sociale et solidaire au service de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans le domaine de la restauration.
Leur credo : « Le meilleur déchet est celui qui n’est pas produit »
La démarche proposée se place en amont de la production de déchets, dès l’approvisionnement chez le fournisseur. Elle vient en complément des alternatives proposant de récupérer les invendus tels que l’utilisation de doggybags ou le recours aux plateformes qui gèrent les invendus.
Et pour vous aider dans cette démarche, les co-fondateurs de la startup ont développé un diagnostic gaspillage alimentaire.

En quoi consiste un tel diagnostic ?

C’est très simple. La première étape consiste en l’analyse et la pesée de vos poubelles afin de déterminer quelles sont vos principales sources de déchets. Une fois ces flux identifiés, ils proposent des solutions concrètes aux restaurateurs et restauratrices accompagnés, à commencer peut-être par l’optimisation de la composition de la carte.

Pour Dominique Bréchon, co-fondatrice de Framheim, la qualité des aliments proposés est un point important. Plus les aliments proposés ont du goût et des saveurs (a contrario d’une tomate en plein hiver), moins ont-ils de risques de finir leur vie à la poubelle.
Une autre source non négligeable de déchets provient de la taille des portions, parfois trop généreuses. L’exemple le plus parlant est sans doute celui des frites : en moyenne, un tiers de la portion servie finit à la poubelle. *
La solution est très simple : proposer des portions de taille différentes pour contenter les petits et gros appétits.

* Etude réalisée en 2017 sur 425 clients d’une enseigne de restauration avec service à table, proposant des frites à volonté dans ses menus. Sur des portions de 175 grammes servies à l’assiette, 65 grammes de frites en moyenne ont été retrouvés en fin de service à la poubelle.

Vous souhaitez en savoir plus ? Regardez plutôt :

Diagnostic gaspillage alimentaire from Vincent Dantonel on Vimeo.

Rappel de la législation

    • Actuellement, et ce depuis le 1er janvier 2016, tout restaurant produisant plus de 10 tonnes de biodéchets par an doit pouvoir prouver qu’il a mis en place des solutions pour lutter contre le gaspillage. 10 tonnes, cela peut sembler beaucoup. En effet, il s’agit de 150 à 180 couverts par jour.
    • Néanmoins, d’ici 2025, tous les restaurants, quelle que soit leur production de biodéchets seront soumis à ces mêmes règles !
    • 75 000 € d’amende et 2 ans d’emprisonnement sont promis aux contrevenants.
Précédent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend