Comment réussir sa levée de fonds ?

Le crowdfunding ou financement participatif est le type de financement en vogue pour ouvrir son restaurant. En effet, les banques étant de plus en plus frileuses à financer des projets dans la restauration, la levée de fonds semble être une alternative avec des avantages non négligeables. 

Comment choisir la bonne plateforme ?

Il existe de nombreuses plateformes de crowdfunding, mais comment choisir ? Sur quels critères se baser pour ne pas se tromper ? 

Il existe trois types de financement. Le don (crowdgiving) avec contreparties est le plus connu du secteur. Il consiste à un appel au don avec une récompense très souvent symbolique (en nature) et ne reflète pas l’investissement financier. Le prêt (crowdlending) est un accès à l’emprunt plus flexible car il n’y a besoin ni de garanties ni d’assurances. Cette méthode a plusieurs avantages tels que la rapidité d’obtention des fonds et l’indépendance vis-à-vis des banques. Enfin, l’investissement (crowdinvesting) est plus complexe à mettre en place pour un restaurateur indépendant car il s’agit ici d’ouvrir le capital de l’entreprise à de nouveaux actionnaires.

Il est nécessaire de bien se renseigner sur le type de financement participatif que propose chaque plateforme pour choisir. 

Afin de ne pas vous tromper, le taux de succès des différentes campagnes réalisées est un très bon indicateur. Par exemple, sur 100 campagnes lancées, combien ont atteint leur objectif ? Attention, pour que l’analyse soit pertinente, il faut prendre en compte les projets de restauration seulement mais aussi à la taille de financement. En effet, il n’y aura pas le même taux de réussite pour un projet qui cherche à lever 5 000 ou bien 150 000 euros.

Cette troisième et dernière caractéristique est primordiale, il s’agit de l’audience. En effet, il faut être capable de faire parler de vous et d’attirer de nouveaux contributeurs afin de garantir le succès de votre campagne. 

Pour mesurer l’audience de la plateforme, on peut l’analyser par le nombre de contributeurs, le nombre d’abonnées Facebook ainsi que Twitter.

S’adresser aux bonnes personnes, un pré-requis 

La communication auprès de votre réseau personnel doit être faite bien en amont du lancement de la campagne. Les cercles de connaissance sont divisés en trois : les proches, les amis d’amis et le grand public. Les deux premiers seront les meilleurs promoteurs de votre campagne et donc de votre projet tout simplement parce qu’ils vous connaissent, parce qu’ils ont entendu parler de vous. Il est important de faire appel à eux car certaines plateformes, avant de lancer publiquement la campagne, attendent un certain nombre de contributeurs. 

En amont du lancement de la campagne, il faut créer une communauté qui suivra l’avancée de votre projet. Ils se sentiront plus concernés, et le projet prendra une dimension plus humaine. Cela peut passer par votre site internet avec un “Call To Action” du type “Si vous souhaitez être tenu au courant de notre avancée, inscrivez vous à notre newsletter” par exemple. Cette base de données pour votre campagne sera un réel avantage, de potentiels contributeurs peuvent s’y cacher. 

Pour aller encore plus loin et engager votre communauté à votre campagne, il est recommandé d’organiser une soirée de lancement de la levée de fonds. Plus la campagne aura une dimension humaine, plus elle fera parler d’elle. Une soirée de lancement permet de réunir vos proches et amis d’amis et de les faire participer. Vous serez aussi en position d’exposer plus clairement votre projet, de répondre aux questions et de motiver les plus réfractaires à se lancer. 

De plus, une soirée de clôture à quelques jours de la clôture de la campagne peut aussi être un réel boost qui vous permettra d’atteindre votre objectif, voire même de le dépasser. 

Pour ne prendre qu’un seul exemple de belle réussite, Fauve Craft Bières avec KissKissBankBank, a réalisé 152% de son objectif en à peine un peu plus d’un mois.

Qu’en est-il des Business Angels et des fonds d’investissements ? 

Les business angels sont des passionnés d’entrepreneuriat (ex-entrepreneurs, entrepreneurs, professionnels du monde corporate) qui investissent leur argent personnel dans de jeunes entreprises. Le rôle d’un business angel ne se limite pas au seul investissement financier mais bien à un investissement personnel. En effet, il met à disposition ses compétences, son expérience, son réseau professionnel et surtout son temps pour aider les entrepreneurs.

Concernant les fonds d’investissement, à l’heure d’aujourd’hui, un seul est spécialisé dans l’alimentaire et notamment les nouveaux concepts de restauration : French Food Capital. Le fond a pour vision d’investir dans les marques leaders du marché de demain. 

Il y a donc plusieurs possibilités pour lever des fonds, à vous de trouver celle qui correspond le mieux à votre projet et à vos besoins.

PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend