restaurateurs, comment repartir après les grèves ?

La fin des grèves laisse la profession des restaurateurs dans l’expectative, partagée entre la satisfaction de pouvoir repartir de l’avant et la nécessité de trouver des soutiens après cette période difficile pour leurs finances. Plusieurs mesures d’accompagnement ont d’ores et déjà été annoncées. D’autres dépendront de l’efficacité des organisations professionnelles dans les négociations avec l’Etat et les collectivités.

Dès le début des grèves au début décembre, les restaurateurs ont su faire entendre leur voix. Il faut dire qu’avec des chutes de réservation de 30 à 60 % (sources UMIH et GNI-HCR) dans l’hôtellerie par exemple, ou des baisses d’affluence record sur des évènements normalement très importants comme la Fête des Lumières à Lyon, il y a vite eu péril en la demeure. Surtout que par ailleurs, la période des fêtes draine une clientèle importante dans les restaurants pour les deux réveillons.

Face à ces chiffres inquiétants, les organisations professionnelles se sont rapidement mobilisées, mais également l’Etat, les collectivités ou encore les chambres consulaires (CCI par exemple). Côté restaurateurs aussi, des ajustements ont dû être faits :

  • Limitation du personnel en salle
  • Restriction du nombre de services
  • Sur-stockage de produits non périssables
  • Etc.

Fin décembre, l’UMIH, après avoir rencontré à deux reprises le ministre de l’Economie, a pu annoncer que les services de Bruno Le Maire s’étaient engagés à mettre en place rapidement un dispositif d’aide aux établissements les plus en difficulté, comme en 2018, où le paiement de certains impôts et charges avait pu être étalé dans le temps. Le relais a de fait été pris dans la foulée par les CCI, à l’exemple de celle du Val de Marne.

En cas de difficultés, les CCI peuvent en effet vous guider et vous assister pour monter un dossier de demande d’étalement de vos paiements. Les autres chambres de métiers également. Enfin, rappelons que les URSSAF comme les impôts sont censés tenir compte des difficultés de trésorerie des entreprises et ce, quelle que soit la période.

Parmi les autres mesures rapidement prises, la mairie de Paris a exonéré les restaurateurs de la taxe d’occupation de la voirie publique (droit de terrasse) pour le mois de décembre, ce qui représente un montant global de 2,5 millions d’euros.

Mais le véritable coup de pouce, appelé des vœux de tous les professionnels, sera bien sous forme de remises d’impôts voire d’indemnisations. Pour mémoire, le gouvernement avait annoncé le 18 novembre dernier, que dans le cadre du dispositif mis en place à la suite des « gilets jaunes », 6 375 entreprises avaient bénéficié de mesures de bienveillance (délais de paiement ou remises d’impôts), 24 307 reports d’échéance avaient été accordés et 5 292 demandes d’activité partielle enregistrées, pour 75 638 salariés.

Si les syndicats se mobilisent pour obtenir ces fameuses aides, il faut bien convenir que les restaurateurs ne sont pas toujours bien informés ni prêts à effectuer les démarches. Leurs entreprises sont souvent des TPE et ils n’ont ni le temps, ni l’envie, de perdre trop de temps pour solliciter des aides trop complexes à obtenir. Elles ont au contraire tendance à essayer de s’en sortir seules et ce faisant, prennent le risque d’attendre trop longtemps avant de demander une assistance. Il sera donc particulièrement important de leur faciliter la tâche dans les mois qui viennent.

Des pistes pour rebondir

Les restaurateurs ont l’esprit indépendant et n’attendront pas que toutes les solutions viennent de l’Etat. Parmi les pistes pour relancer au mieux leur affaire et tenter de combler une partie du retard accumulé, citons celles-ci :

  • Proposer des offres promotionnelles, ce qui a déjà plutôt bien fonctionné au moment des fêtes de fin d’année
  • Prolonger le recours au chômage partiel tant que le chiffre d’affaires n’a pas retrouver son niveau normal
  • Innover sur leurs cartes, pour se démarquer alors que la clientèle a certainement envie de retrouver le chemin des restaurants
PrécédentSuivant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend